Modèle d`arrêté portant attribution de la nbi

En outre, notre Cour ne trouve aucune raison de douter des témoignages présentés par le plaignant. Considérant que paruli a déposé la plainte après avoir obtenu une ordonnance judiciaire favorable, on peut dire qu`il n`était motivé que par son désir de rendre justice à l`intimé et de ne pas faire pression sur ce dernier pour émettre une décision favorable. En ce qui concerne les officiers de la NBI, notre Cour ne discerne aucune preuve des dossiers qui montreraient que ces témoins étaient motivés par une raison autre que leur devoir officiel. L`intimé n`a pas imputé un motif inapproprié qui aurait pu faire en sorte que les officiers puissent fabriquer des preuves et l`impliquer faussement dans une infraction aussi grave. En fait, l`intimé a témoigné qu`il n`avait jamais rencontré ces officiers avant la rencontre le 20 mars 2001. [30] compte tenu de cette absence de preuve de la mauvaise motivation et de la présomption [31] de régularité dans l`exécution de leurs fonctions par la Loi, notre Cour estime que leur témoignage est digne de foi et de crédit. Le juge intimé Jaime F. Bautista, pour sa défense, véhémente] y a nié la provocation présumée. Dans son témoignage [20], il a admis avoir rendu une ordonnance [21] en audience publique le 16 mars 2001, un vendredi, obligeant les demandeurs à présenter un commentaire à la Motion to file Counterbond déposée par SMTCI. Réalisant plus tard qu`un tel ordre était superflu, il ordonna dans l`après-midi une ordonnance corrective [23] accordant purement et simplement la motion visant à soulever l`attachement préliminaire et à dispenser le commentaire qu`il exigeait auparavant. Il était, cependant, incapable de signer cet ordre alors qu`il rentrait tôt à la maison en raison des effets néfastes de son diabète.

Vers 6:00 h 30 du même jour, paruli et un personnel judiciaire qu`il n`a pas été en mesure de reconnaître sont arrivés à sa résidence à Angono, Rizal. L`employé du Tribunal a amené avec lui l`ordonnance non signée et a demandé à l`intimé de le signer. L`intimé a donc signé l`ordonnance et l`a donnée au personnel judiciaire non identifié en présence de paruli, avec l`instruction de le remettre au greffier du Tribunal le lundi matin. Le 22 mars 2001, les journaux de la circulation générale ont rapporté que le juge Jaime F. Bautista, intimé, du Tribunal régional de la ville de Valenzuela, aurait reçu des fonds de pots-de-vin dans une opération de piégeage mise en place par les agents de la National Bureau d`investigation (NBI) [1], pour lequel il a été arrêté et inculpé de corruption directe devant le Sandiganbayan. [2] ces rapports de nouvelles ont incité l`enquête de l`affaire, qui a conduit au dépôt de la plainte administrative par le Bureau de l`administrateur de Cour (OCA) contre le juge intimé. Dans une résolution datée du 27 mars 2001, notre Cour a ordonné la suspension indéfinie de l`intimé à la lumière de la gravité de l`accusation contre lui. [3] le 29 mars 2001, l`intimé a déménagé pour lever la suspension, invoquant son droit d`être présumé innocent du crime reproché. [4] cette Cour, par une résolution datée du 4 mai 2001, a rejeté cette motion pour manque de mérite, a fait une demande d`examen de la plainte en tant que question administrative et a renvoyé l`affaire devant le juge associé Roberto Barrios de la Cour d`appel pour enquête, rapport et recommandation . [5] Ranel paruli dans son témoignage [9] a précisé que l`audience du 16 mars 2001, dans laquelle son employeur SMTCI a déménagé pour soulever la pièce jointe préliminaire, a pris fin avec l`ordonnance des intimés en audience publique exigeant que la partie adverse dépose un commentaire sur ladite motion dans un délai de dix jours. Ce n`est que dans l`après-midi du même jour que ledit ordre a été annulé par un autre ordre accordant la levée de l`attachement. Il a également ventilé en Cour la déception qu`il ressentait lors de l`apprentissage de l`ordre antérieur qui aurait retardé la libération des autobus attachés en dépit du P1, 800 000 contre-obligations que son employeur a déposées.


Comments are closed.